Art sacré

Au-delà des édifices religieux, l'art sacré s'égrène sur l'ensemble du territoire : à l'intérieur des églises (mobilier, vitraux...), mais aussi en-dehors, avec les multiples croix balisant les chemins.

Mobilier des églises

Parmi le mobilier des églises, certaines pièces sont remarquables, et sont à ce titre protégées parmi les objets au titre des Monuments historiques :

  • Les Vierges de Pitié : ces statues présentent la Vierge pleurant son fils mort, allongé sur ses genoux. Cette disposition classique est visible à Saint-Martin-Terressus (Vierge de Pitié du XVIe siècle, polychrome). À Moissannes, la Vierge est entourée de saint Jean et de sainte Madeleine (fin XVe siècle) et n'est plus peinte depuis son décapage en 1949.
  • Les retables : il s'agit de panneaux décoratifs verticaux placés derrière l'autel d'une église, dans le choeur. Le plus remarquable est sans doute celui de Saint-Martin-Terressus (XVIIe - XVIIIe siècles). Lors de sa dépose pour restauration en 1996, un important décor peint a été découvert sur le mur du chevet qu'il cachait (décor fleuri du XVIIIe siècle). Restauré par Véronique Legoux, il est désormais invisible, sous le retable reposé.

Vitraux

Les églises abritent également d'autres trésors : des vitraux. Sur Monts et Barrages, le plus ancien est celui d'Augne (vers 1400).

 

La collégiale d'Eymoutiers présente l'ensemble le plus important de vitraux anciens du centre de la France, avec les 16 verrières du XVe siècle situées dans son choeur gothique.

 

Les vitraux de Francis Chigot

 

Le maître-verrier Francis Chigot (1879-1960, fondateur de l'Atelier du Vitrail à Limoges), réputé dans la France et le monde entier, dont la famille est originaire du village de Chigot sur la commune de Saint-Léonard-de-Noblat, a réalisé quelques beaux exemples de vitraux sur le territoire :

 

 

Dans la collégiale d'Eymoutiers (en entrant, au fond à gauche, dans la nef romane) :

 

La translation des clefs (1949)

 

Le Christ porte les clefs du Paradis, qu’il s’apprête à remettre à saint Pierre lui tendant la main.

Détails à remarquer : un palmier sur une île au-dessus du Christ ; un voilier blanc au-dessus de saint Pierre…

Et la signature "F. Chigot 1949" en bas à gauche.

 

Dans ses vitraux des années 1940, Francis Chigot et les artistes de son atelier limougeaud ont a employé davantage de réseaux de plomb (traits noirs) que dans les vitraux anciens, donnant un aspect plus découpé à ces personnages et paysages. Comme une signature du maître-verrier.

 

 

Eglise de Sauviat-sur-Vige (chapelle sud) :

 

L'Annonciation (1940)

 

L'archange Gabriel (qui a, selon La Bible, annoncé sa maternité divine à la Vierge Marie) est représenté avec le style caractéristique de Francis Chigot dans les années 1940 : multiplication des tiges de plomb (traits noirs), couleurs vives, visages au traits fins.

On distingue ses ailes rousses de part et d'autre de son visage.

 

Il porte une banderole avec l'inscription AVE MARIA GRATIA PLENA : "Je vous salue Marie pleine de grâce".

Son atelier a aussi restauré des vitraux d'églises du territoire :

  • Certains vitraux du XVe siècle à Eymoutiers, dans l'entre-deux-guerres, en particulier le petit oculus (rond) face à l'entrée.
  • Celui de saint Martin dans le choeur de Peyrat-le-Château.

Francis Chigot a aussi créé des vitraux pour l’architecture civile :

  • 2 de style art déco sont conservés par la mairie de Châteauneuf-la-Forêt (ils ornaient l’ancienne mairie, rue Tarrade, actuellement la bibliothèque).
  • Ceux du RDC de la mairie de Saint-Léonard-de-Noblat (toujours visibles).
  • Certains sont conservés dans les maisons des années 1930 du quartier des Emailleurs à Limoges.

 

2022 : année Chigot

Une association a été créée afin de recenser et valoriser ses œuvres : francischigot.fr

N’hésitez pas à prendre contact pour informer de la présence d’un vitrail, ou avoir des informations (les milliers de lettres de commande de F. Chigot sont conservées).

 

Evénements prévus en 2022 :

 

Croix

Autre symbole sacré, et non des moindres : les croix. Depuis toujours, elles constituent de véritables repères dans le paysage.