actualités


Le sport à Monts et Barrages depuis le 20e siècle

Les neuf panneaux sont installés !

Malgré son ancienneté et son rôle majeur dans la société, la pratique sportive est souvent totalement dissociée du domaine de la culture. Pourtant, qu’elle soit individuelle, collective, professionnelle ou de loisir, elle est un outil important d’éducation, d’intégration et de cohésion sociale. Universel, le sport est aussi souvent rattaché à des territoires, via la performance d’un club, la construction d’équipements particuliers, le soutien fort de supporters ou la présence d’un athlète reconnu.

Pour mettre en lumière son histoire locale du sport, le Pays d’art d’histoire a réalisé une exposition éclatée de neuf panneaux installés depuis peu : cinq ont été placés sur les murs intérieurs de la halle des sports d’Eymoutiers, deux en extérieur sur les vestiaires du stade de la Croisille-sur-Briance, et deux autres dans le hall de l’Aqua Noblat à Saint-Léonard, chaque panneau étant en lien avec la commune sur laquelle il a été placé.

 

Désormais visibles sur sites donc, les panneaux illustrés de documents d'archives seront également bientôt consultables en ligne. En attendant, en voici un petit aperçu !

 


14-18, Poussières de guerre

Exposition réalisée dans le cadre du centenaire de la Première Guerre mondiale

En prévision du centenaire de la Première Guerre mondiale, le Pays d’art et d’histoire de Monts et Barrages a entrepris, en 2013, la collecte de documents, illustrations, témoignages en lien avec le territoire de Monts et Barrages et ses habitants durant cette période. En quatre années, des centaines de photographies, lettres, casques, obus sculptés, médailles ou carnets de soldats ont ainsi pu être récoltés, photographiés et numérisés, pour donner lieu, dès le mois d’août 2014, à la présentation sur les différentes communes du territoire de l’exposition « 14-18, Poussières de guerre ». Ce projet a par ailleurs été labellisé par la Mission du Centenaire. Autour de ces trente panneaux d’exposition ont également été réalisés des ateliers pédagogiques, des visites guidées et des livrets pour les adultes et pour les enfants.

Les documents, essentiellement prêtés par des habitants du territoire sont, par leur nombre, leur diversité, d’une grande richesse, mais n’ont pu être entièrement dévoilés au public.

 

Durant l’année 2018, qui marquera la fin du centenaire et ainsi la clôture de ce projet, l’exposition continuera d’être présentée aux visiteurs sur différentes communes, notamment à Surdoux, Domps, Roziers-Saint-Georges et Masléon. Et en attendant le 11 novembre, le Pays d’art et d’histoire vous propose de découvrir, ou de redécouvrir, petit à petit les panneaux de l’exposition, progressivement mis en ligne et accompagnés de documents et illustrations présents sur les panneaux pour certains, et totalement inédits pour d’autres !

 

 

> Ce sera aussi l’occasion de vous faire entrevoir des bribes de carnets de soldats du Pays, écrits à partir desquels le Pays d’art et d’histoire de Monts et Barrages réalise actuellement un ouvrage également d’ores et déjà labellisé par la Mission du Centenaire et qui devrait être publié à la fin de l’année.

 

 


Panneau 3

(Pour visionner les panneaux précédents, cliquez ici)

 

Mouvement

 

Au début du conflit, les plans militaires allemands et français prévoient  une guerre courte et efficace. On croit à la force de l’offensive avec, des deux côtés, une confiance certaine en une artillerie moderne et puissante. Les premières batailles sont brutales, débouchant à chaque fois sur de véritables carnages. Ces offensives de la guerre de mouvement font d’août et de septembre 1914 les mois les plus meurtriers de tout le conflit. Le 28 août reste de loin la journée la plus funeste pour le Pays Monts et Barrages : près de 180 de ses soldats trouvent alors la mort, contre 2 par jour en moyenne sur l’ensemble de la guerre.

 

Cliquez sur l'image pour l'agrandir