Les étangs

Les tout premiers étangs semblent dater de l’époque gallo-romaine, mais la plupart proviennent du Moyen-Âge, créés par des religieux pour stocker leur réserve de poissons, d’autres pour le fonctionnement des moulins, et les plus récents pour les activités de loisirs (pêche, baignade, paysage). Leur morphologie donne une assez faible productivité piscicole mais confère à l’eau une certaine qualité. Le Pays Monts et Barrages compte plus de 400 étangs. Certains possèdent une forte valeur écologique tels que l’étang de Crorieux à Linards, l’étang de Vallégeas sur les communes de Sauviat-sur-Vige et de Moissannes ou encore les étangs d’Aigueperse et de Sivergnat sur les communes de Saint-Bonnet-Briance et de Linards.


Les lacs

Les lacs sont également artificiels puisque la plupart ont été créés par les barrages hydroélectriques. Neuf de ces ouvrages ont été construits sur le Pays Monts et Barrages dont sept sur la Maulde, un sur la Vienne et un sur le Taurion. Les retenues d’eau sont devenues des lieux récréatifs, de baignade. C’est le cas du lac de Sainte-Hélène à Bujaleuf ou du plan d’eau de Saint-Julien-le-Petit. La plupart possèdent un faible potentiel écologique par rapport aux étangs. Cependant, certains comme le lac de Vassivière sont intéressants. Situé sur les communes de Peyrat-le-Château et Beaumont-du-Lac, il est le plus grand lac du Limousin. Les milieux diversifiés autour du lac (landes, tourbières, forêts, …) et les nombreux oiseaux présentent un grand intérêt. 


Espèces emblématiques

Sur le territoire, la végétation des plans d’eau est souvent pauvre, composée seulement de joncs, de laîches, d’iris ou de roseaux. Cependant, le phytoplancton (organisme végétal) et le zooplancton (organisme animal) se développent bien et nourrissent les invertébrés aquatiques (sangsues, mollusques, larves, ...). De nombreuses libellules comme l’Agrion orangé (Platycnemis acutipennis), présente à l’étang de Crorieux, apprécient ces eaux stagnantes. Des poissons (carpes, brochets, sandres, ...) et des reptiles comme la Couleuvre à collier (Natrix natrix), profitent de ces eaux calmes. Elles attirent également une multitude d’oiseaux qui viennent s’y reposer ou passer l’hiver. C’est le cas de la Sarcelle d’hiver (Anas crecca) ou du Héron cendré (Ardea cinerea). La Loutre d’Europe (Lutra lutra) et le Ragondin (Myocastor coypus) sont friands de ces écosystèmes. Ce dernier fait partie des espèces exotiques envahissantes des plans d’eau au même titre que l’Écrevisse américaine(Orconectes limosus).