Espaces naturels

Tourbières

Une tourbière est une zone humide d'eau stagnante où s'accumule de la matière organique végétale (la tourbe) en strates de plus en plus épaisses, mais très lentement, à raison d'un millimètre par an !

L'est du Pays Monts et Barrages est propice à la formation de tourbières (pluviométrie importante ; relief facilitant l'accumulation de cette eau dans les alvéoles, ces cuvettes granitiques à fond plat de la montagne limousine ; climat froid ; roche imperméable empêchant les infiltrations). De beaux exemples sont visibles à Beaumont-du-Lac (tourbière de la route élevée), géré par le Conservatoire d'Espaces Naturels du Limousin, et sur la commune de Peyrat-le-Château (tourbières du Bois de Crosas et de Quenouille).

 

Landes

La lande est une formation végétale basse, où la végétation dépasse rarement le stade d'arbuste, composée de bruyères, genêts, sur des milieux pauvres et souvent acides, donc non cultivés.

Ce milieu était très important dans l'économie rurale traditionnelle : on faisait paître sur ces terres pauvres les troupeaux de brebis, qui entretenaient ce milieu ouvert. Depuis l'abandon de cette pratique, liée à la révolution des usages agraires, les landes tendent à disparaître, les arbres y gagnant du terrain jusqu'à former de véritables forêts.

Quelques reliques de landes existent sur le Pays Monts et Barrages :

  • Des landes sèches sur les hauteurs, notamment au Mont Gargan (commune de Saint-Gilles-les-Forêts), où elle forme l'été un vaste tapis mauve créé par la bruyère cendrée ; ce lieu emblématique du territoire est le seul site classé du Pays Monts et Barrages. D'autres landes sèches sont visibles au Puy-la-Besse (Peyrat-le-Château), site géré par le Conservatoire d'Espaces Naturels du Limousin.
  • Des landes humides dans les fonds de vallée, comme à Brénac (Eymoutiers).

Forêts et arbres remarquables

La seule forêt ancienne du territoire est la forêt de Châteauneuf, datant du Moyen Âge.

Du côté de Sauviat-sur-Vige, la forêt d'Epagne est un site Natura 2000 d'exception : sur 80 ha, elle abrite de nombreuses espèces protégées, dont la parisette à quatre feuilles et l'ail des ours.

Quelques arbres isolés sont remarquables à l'échelle du territoire, comme l'Arbre aux poules à Peyrat-le-Château (chêne pédonculé).

Au Mont Gargan (commune de Saint-Gilles-les-Forêts), des hêtres centenaires forment une allée menant au sommet du site et à sa chapelle ruinée. Ces arbres sont contemporains de la création de cette dernière, fin XIXe siècle, par l'abbé Joyeux.

 

Chaos rocheux

Il s'agit de paysages constitués de blocs rocheux dégagés par l'érosion, souvent spectaculaires.

Sur le territoire, le plus bel exemple est sans doute le site des Rochers de Négremont (Rempnat), où un chaos granitique occupe la vallée de la Vienne. A Peyrat, les Roches Brunagères sont au contraire sur une hauteur. Un autre chaos existe au Puy des Roches (Cheissoux).

 

Jardins

Certains jardins peuvent constituer de véritables parcs paysagers.

  • Le parc Jane Limousin à Châteauneuf-la-Forêt, aujourd'hui public, a été réalisé dans les années 1930 sous la conception de la propriétaire du domaine, Jane Degrassat épouse Limousin. Il est composé de deux parties : un arboretum regroupant des arbres d'essences rares venant du monde entier, et un jardin à la française, à la symétrie caractéristique.
  • A Rempnat, les jardins de Mas Maury (lieu-dit Mas Maury Haut) sont privés mais ouverts lors de la période estivale. Autour d'un petit manoir du XIXe siècle, des jardins de styles différents s'unissent dans un parc de 7 ha. S'y mêlent parterres de fleurs, rosiers, topiaires, charmilles, jardin aromatique, zone forestière, bassins et jeux d'eau, grands arbres... Le clou du spectacle est le théâtre de verdure en gradins, accueillant un ancien potager et ouvrant sur un somptueux paysage.

Nombre de jardins privés existent aussi autour de châteaux et demeures aristocratiques, comme à Marzac à Saint-Paul.